Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Cachotteries

Cachotteries

Vous rêviez de connaître une femme peu conventionnelle, juste un peu rebelle, une femme étrangement idéaliste et à jamais fidèle… Ne cherchez plus, vous l'avez trouvée. Elle s'appelle Hermione Montbaillard et elle s'adresse à vous sur ces pages. Par son monde à part fait de récits amusants, étonnants ou poétiques, laissez-vous surprendre !

Souvenirs et rencontres

Dans l'intimité de Zip le Jeune
- juin 2021 -

Ces derniers temps, Hermione a beaucoup contemplé son jardin. Passionnée par Zip l'écureuil, son bel ami, elle a passé des heures à guetter et à observer nombre de ses faits et gestes. Elle l'a surtout photographié sous tous les angles. Quand la douceur et le charme se baladent, on ne saurait compter ses heures au compte-tour du bonheur. 

 

 

Le petit animal raffole des goûters aux noisettes que lui propose quotidiennement son amie. 

 

 

 

Et ce qu'il aime encore plus, c'est aller les planquer dans le jardin en des lieux que lui seul pourra retrouver. Il engrange des réserves qu'il viendra très vite rechercher. 

 

Affreux constat :
- Mince alors ! il n'y a plus rien à manger.
À ce sujet, le budget consacré aux « noisettes décortiquées bio » a véritablement explosé chez les Montbaillard.

 

 

 

Perché sur la tête d'une statue, il découvre un autre point de vue.

 

 

 

 

Ici aussi, le coin est plutôt pas mal.

 

 

 

 

 

Pourtant, c'est dans la cavité naturelle d'un arbre qu'il apprécie se réfugier.

 

 

 

 

À ce propos, il faut parfois bien observer l'environnement pour l'apercevoir.

 

 

 

 

Un arrosoir pour se désaltérer, ce n'est guère commode. 

 

 

 

 

La mare créée par Hermione est heureusement plus pratique. Il n'y a pas tant de gymnastique à faire !

 

 

 

 

Un écureuil, ça se gratte la tête.

 

 

Ça peut toquer à la fenêtre.

 

 

Et à l'instar d'autres animaux, ça fait aussi le beau.

 


Bref, entre lui et Hermione, c'est un réel coup de foudre.
Quant à moi, j'imagine déjà la détresse de mon amie quand cesseront les visites de son petit protégé. Pas vous ? Seules les jolies émotions et les belles personnes nous manquent vraiment lorsqu'elles disparaissent.

 

Oh ! la vache
- Octobre 2020 -

Vous l'aurez deviné, Hermione veut aujourd'hui vous présenter un animal de la ferme qu'elle affectionne beaucoup : la vache. Elle l'a photographiée durant tout l'été dans toutes les postures et bien des prairies. Et c'est par le biais de titres de chansons qu'elle vous en parle. 

 

 

Une jolie fleur dans une peau d'vache. Georges Brassens.

 

 

 

 

Auprès de mon arbre. Georges Brassens.

 

 

 

 

Brave Margot. Georges Brassens.

 

 

 

 

Viens boire un p'tit coup. André Bézu.

 

 

 

 

Ma gueule. Johnny.

 

 

 

 

 

Papaoutai. Stromae.

 

 

 

 

La tendresse. Bourvil.

 

 

 

 

 

Les vaches. Marcel et son orchestre. 

 

 


Et même si le changement d'herbage réjouit les veaux, on n'était pas bien là, sur le plancher des vaches, loin des vacarmes de ce monde ? 

Voyage en Flandre

- Été 2020 -

 

En ces temps incertains, Hermione arpente quotidiennement les petits chemins de Flandre. Et s'ils portent des noms flamands imprononçables, ils sont tous pittoresques et charmants.

 

 

Dans ces décors champêtres, on fait souvent des rencontres singulières, généralement animalières. 

 

 

 

 

Allez, en route ! Hermione. Fais-nous découvrir, à ta manière, ces lieux et ces visages que tu aimes tant. 

 

 

 

À Baliol :  toutes les mares n'ont pas disparu. Ouf ! il en reste quelques-unes. En compagnie de leurs amies les haies, ce sont elles qui donnent une âme à la campagne. 

 

 

La Prim’Holstein : chez les vaches, c'est sans doute la race la plus connue. Elle est blanche avec des taches noires. Vous l'apercevez ici en compagnie de quelques copines.

 

 

Vue sur le mont des Cats. De tous les monts de Flandre, c'est celui le plus repérable, car il est surmonté d'une antenne.

 

 

 

 

L'été, les rondins habillent bien les champs.

 

 

 

Dans un chemin sans nom : papa et maman aident leurs petits à traverser. Famille de cailles ou de perdrix ? Hermione donne sa langue au chat. 

 

 

 

 

La plaine de Flandre peut avoir un solide appétit. Elles dévore parfois les monuments. 

 

 

 

Arrêt tendresse : Hermione vous offre ce bouquet.

 

 

À Outtersteene : belle brochette de chevaux dont l'un porte un joli ensemble de lanières. Et le vent s'en amuse !

 

La biquette et le cheval, ce pourrait être le titre d'une fable. Mon amie vous laisse le soin de la rédiger.

 

 

 

 

Ce sentier herbeux est considéré comme une route par monsieur Mappy, un homme qui visiblement ne doute de rien. 

 

 

 

À Merris, un village cher au cœur d'Hermione, cette petite famille a toute la rue pour elle. Et la venue d'Hermione ne la fait pas bouger d'une plume !

 

 

 

 

Pigeons sur un toit brûlant.

 

 

 

 

Le T.G.V. se fait la belle par un toit.

 

 

 

Attroupement d'oiseaux dans la plaine. Selon Hermione, c'est le plus grand restaurant du coin !

 

 

 

 

 

À bon maître, belles biquettes, chouette maison.

 

 


Cette balade en Flandre se termine par une rencontre inattendue avec un jeune cerf. Ce fut l'instant le plus émouvant de l'été ! 

Et vous, connaissez-vous vraiment la terre qui vous a vu naître, celle où vous vivez ? 

Voyage attendu de rencontres inattendues…
- octobre 2019 -

Si, à l'instar d'Hermione, vous aimez la nature, les animaux, n'hésitez pas. Allez à Brugelette, à Pairi Daiza plus précisément, vous ne le regretterez pas.

 

Vous y découvrirez d'adorables petits museaux, de bien inoffensives bestioles et quelques sacrés énergumènes venus des quatre coins du monde.

 

Tous ne vous feront pas de jolis sourires, certains culottés vous montreront même leur derrière, mais peu importe ! Vous apprendrez à mieux les connaître, à admirer leur force ou leur fragilité, à vous nourrir de la seule beauté.

 

De l'observation et de la connaissance naît l'amour assurément. Dans ce merveilleux jardin où la gent animalière est préservée, Hermione vous sert aujourd'hui de guide. Belle balade !

 

Quoi  ma gueule ? Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ? chante ici la chauve-souris. Il est partout, ce Johnny !

 

 

Le petit panda est un grand séducteur. C'est devant son enclos que l'on compte le plus de photographes amateurs.

 

Le paradisier est très certainement le plus magique de tous les oiseaux. 

 

 

 

Elle aime avoir les choses à sa portée, la girafe. Comme on la comprend !

 

 

 

 

Au détour d'un chemin : le diable de Tasmanie, le plus grand marsupial carnivore d'Australie.

 

 

 

Flamant rose aux ravissantes manières. 

 

 

 

 

Rencontre émouvante avec l'ours brun, celui qui parle si bien à l'enfance.

 

 

 

 

L'ibis rouge est en fait peu doué dans l'art du camouflage.

 

 

 

 

Ce gorille-là vous salue bien.

 

 

 

Elles comptent bien participer à The Voice.

 

 

Même d'apparence lourde, l'éléphant demeure majestueux et élégant dans sa démarche.

 

 

 

 

Tendre tête-à-tête.

 

 


Les quelques photos présentées ici vous parleront très insuffisamment de ce jardin des mondes. En vous mettant l'eau à la bouche, Hermione vous laisse ainsi le soin d'aller le découvrir.

Méfiez-vous seulement de ne pas y perdre les êtres qui vous sont précieux. D'ailleurs, en ce qui concerne madame Montbaillard, un petit miracle s'est produit lors de sa visite. En effet, il n'y a eu aucun avis de recherche lancé à son sujet : « La petite Hermione attend son papa Bélisaire à l'accueil. » Ouf ! c'est bien la preuve qu'ils s'aiment ces deux-là. Ils ont veillé à ne pas se perdre.

Pour ma part, je vous souhaite de pouvoir vous égarer souvent sur les chemins de la beauté et de l'émerveillement, les seuls chemins qui importent vraiment. 

 

Imaginez Van Gogh

- 15 août 2019 -

Laissez-vous tenter par cette honnête proposition que vous fait aujourd'hui Hermione. Pour cela, il suffit de vous rendre au Havre, au Carré des Docks très précisément, pour découvrir ce peintre de génie qu'est Van Gogh. À défaut, vous pouvez aussi parcourir ces lignes.

 

 

Et nul doute que vous apprécierez vous balader au cœur d'images géantes extraites de merveilleux tableaux. Plus de quarante vidéoprojecteurs HD illuminent une vingtaine de voiles couvrant plus de 2 500 m² de projection. Et ces voiles très fines « flottent » avec légèreté dans l'espace.

 

 

 

 

 

 

 

Elles offrent une autre matière, un autre support, rendent hommage au travail du peintre et proposent une promenade immersive dans les œuvres des dernières années de sa vie.

 

 

 

 

 

 

 

Si cette déambulation poétique est absolument magnifique, elle est néanmoins déconseillée à celles et ceux qui, à l'instar d'Hermione, souffrent d'agoraphobie.

 

 

 

 

 

Terrassée par l'immensité du lieu, n'a-t-elle pas en effet terminé sa visite, accrochée au bras d'un inconnu, le premier à sa portée ? Quelle terrible méprise ! Son Bélisaire, qui ne se doutait de rien, était quant à lui planté quelques mètres plus loin. La panique, c'est sûr, ça peut vous faire faire n'importe quoi !

En tout cas, pas de panique pour vous, l'exposition est visible jusqu'au 1er septembre 2019.

 

 

Les Dents de la mer 

- juillet 2019 -

Après sa visite à Nausicaa, le plus grand aquarium d'Europe, Hermione vous livre ici sa version bien à elle des Dents de la mer, une version nullement traumatisante, mais uniquement aimante de la vie marine. Pour ce faire, elle n'a pas hésité à enfiler l'habit de scaphandrier. 

 

 

La danse des poissons, un spectacle dont on ne se lasse pas.

 

 

 

 

Au cœur d'une nuit médusée.

 

 

 

 

Ces deux-là ont enfilé une tenue de camouflage.

 

 

 

Un monde en bleu, loin du plastique et de la pollution, où les habitants enfin ne nagent plus en eaux troubles.

 

 

L'expression « heureux comme un poisson dans l'eau » prend ici tout son sens.

 

 

 

 

Le charme japonisant en promenade !

 

 

 

 

 

Casper, un ravissant et furtif petit fantôme. En fait, c'est la raie qui sourit !

 

 

 

 

 

On peut aussi admirer le décor.

 

 

 

 

C'est trop beau ! me dit une Hermione qui se prendrait presque pour le capitaine Nemo.

 

 

 

 

 

 

Les manchots du Cap sont ses petits préférés. Jamais, elle n'avait pensé en voir un jour. À présent, son cœur bat si fort que je l'entendrais presque !

 

 



J'ose espérer que ce court reportage aura su vous donner l'envie d'aller là-bas, à Nausicaa. Et je vous l'assure, le marin d'eau douce qu'est Hermione n'a touché aucun pot-de-vin pour vous livrer ici son trop-plein d'émotions. 

Rencontres entre terre et mer - octobre 2018 -

De mouettes et de goélands, ce récit est fait. 

 

 

Le goéland cinéphile. 

 

 

 

 

 

Et son ami le républicain. Si, ça existe !

 

 

 

 

S'étant improvisé garde-côte, celui-ci veille au grain. 

 

 

 

 

Celui-là est plutôt du genre narcissique. Il ne cesse d'admirer son reflet !

 

 

 

Cette femelle probable cherche un mec et ne s'en cache pas. Elle ne connaît sans doute pas Meetic !

 

 

 

L'oiseau amiral se la coule douce très souvent. Il s'est beaucoup inspiré d'Hermione pour lui ressembler.

 

 

 

En voilà deux qui se prennent pour des lumières !

 

 

 

 

Ce drôle d'oiseau est comme la fourmi, il ne prête pas. L'autre attendra pour boire un p'tit coup !

 

 

Et voici la fameuse grenouille de bénitier. Elle doit sa réputation à son éternelle présence auprès du Seigneur qui, entre nous, en a un peu marre. Il aimerait aussi découvrir d'autres visages.

Rassemblement entre congénères. Chez les humains, on appelle ça des rencontres intergénérationnelles. On y apprend généralement beaucoup de choses.

 

La cancanière : elle parle d'un tas de trucs très moches sur les autres. Même prise de profil, elle est très reconnaissable, car elle n'est jamais belle à voir. Bien fait ! 

 

 

Dans la famille des laridés, Hermione a trouvé l'apprenti marin.

 

 

Chef d'entreprise, celui-là a déjà coulé deux boîtes. Avant qu'il n'en coule une troisième, ses congénères l'ont mis en prison. Il ne fera plus jamais de mal ! On ne rigole pas avec la probité, le sens de l'honneur et du devoir chez les palmipèdes.

 

Le goéland, toutes ailes dehors, qui se prend pour une raie. On se la pète aussi chez les oiseaux ! 

 

 

 

 

Il a les yeux plus grands que le ventre.

 

 

Quant à la mouette, elle est souvent rieuse. La gaieté n'est-elle pas l'apanage de la politesse ?

Comme vous avez pu le constater le règne animal tient beaucoup de l'humain. Ou peut-être est-ce l'inverse ? Si Hermione a commis quelques erreurs dans le repérage de ses amies les bêtes, merci de les lui signaler. Ce récit n'est en effet rien d'autre qu'une fête, la fête de la mouette et du goéland.

De Paris à Honfleur en passant par la Seine

- septembre 2018 -

Aujourd'hui, Hermione vous emmène en balade au fil de l'eau, au fil d'une Seine tranquille mais pas toujours sereine. Embarquement immédiat au départ de la capitale :
À Paris : 

 

Sous un pont, au crépuscule, les humains deviennent des ombres, les fameuses ombres de la nuit !

 

 

 

 

Sur la Seine, l'hôtel Huatian reflète son double de Chine.

 

 

 

 

À l'heure où la nuit s'illumine, la tour Eiffel montre sa plus jolie mine. 

 

Ça swingue pas mal, le soir, sur les quais de Seine.

Sur les rives, les arbres souffrent parfois de l'un des maux de ce siècle, le plastique. N'est-elle pas poubelle, la vie ? Il suffirait d'une armée d'anges pour qu'ils retrouvent enfin belle apparence ! Il est toujours permis de rêver.

 

 

Ce jaune douteux qui se déverse dans le fleuve serait-il naturel ? On ne peut qu'en douter !

 

 

 

 

Ces doigts de pied en éventail, c'est Hermione en vacances ! Elle ferait mieux d'aller dépolluer la Seine !

 


Quand des oiseaux gravent, de leurs ombres, le fil de l'eau, c'est très beau !

 

Sur les rives, des monstres rocheux affichent d'étranges visages. Tous appartiennent à l'imagination de chacun.

 

 

 

Une église au fond d'un hameau dont le fin clocher se mire dans l'eau.


 

 

Château-Gaillard : ses ruines sont splendides. Le panorama y est magnifique. Les amateurs de beaux frissons apprécient.

La nuit, durant l'été, la cathédrale de Rouen rêve en couleur. Les images éphémères et fantastiques, qu'elle nous livre, nous emmènent dans des univers lointains portant tous le même nom : féerie. 

 

 

Honfleur, les yeux embrumés de sommeil, au petit réveil.
 

 

 

 

Qu'on se le dise, Casse-grain est lui aussi en vacances !
 

 

 

 

À Fécamp, le palais Bénédictine mérite vraiment un détour. 


 

 

 

 

 

 

Le pont de Normandie au bord du soir.

 

 

 

 

 

Ce diaporama s'achève par un peu de magie, celle des lumières de la nuit se posant sur la vie, une vie qu'Hermione vous souhaite douce et belle.


 


 

Sous le ciel de Paris - 28 février 2018 -

Hermione vient de passer quelques jours de vacances à Paris chez son neveu Antonin. C'est un bon petit gars qui fait dire à Hermione : « Chez Antonin, on est bien. » Entre nous, elle a profité d'un tout petit prix pour se rendre là-bas : 15 euros le voyage Hazebrouck-Paris. Pour la même somme, elle a également bénéficié d'un Moscou-Paris. C'était très économique !

Et comme il faisait résolument très froid, elle est allée au salon de l'agriculture où elle a pu se réchauffer entre le bœuf et l'âne. Elle a ainsi revu quelques dodus cochons et jolies poulettes, ceux qui peuplaient si bien son enfance et, de nos campagnes, aujourd'hui disparus.

Quelques Hollandais comme Van Gogh, Van Dongen, Mondrian, Jongkind… lui avaient aussi donné rendez-vous. Elle les a rencontrés au Petit Palais, enfin leurs œuvres plus précisément.

 

Ce jour-là, le musée attendait sans doute de nombreux invités. Une immense table avait été somptueusement dressée et laissait présager un plantureux repas.

 

En soirée, Hermione est tombée sous le charme du Gros diamant du prince Ludwig, un diamant qui brille actuellement de mille feux au théâtre du Gymnase. Meurtres au pétard, dialogues de sourds et savants quiproquos s'enchaînent dans une incroyable mise en scène.

Les comédiens complètement déjantés y sont époustouflants. Hermione aime bien les gens quand ils sont farfelus, juste un peu fous. Ils apportent de la fantaisie à un monde qui se complaît souvent de tristesse.

Pendant ce temps-là, la neige s'était chargée d'engourdir la capitale. Une blancheur infinie s'était posée sur elle, la recouvrait sans bruit. Baignées par une douceur inouïe, les choses se fondaient secrètes et rêveuses dans la sévère nuit.
Paris enneigé, Paris protégé, mais Paris en beauté... 

Autres découvertes : le jardin intérieur du Petit Palais et le portrait de Lise et Antoine par le peintre Lucien Lévy-Dhurmer.

 

Berck, mais pas berk !

C'est toujours très émouvant une nouvelle rencontre surtout quand on sait d'avance qu'elle sera douce et belle.

Ce 25 décembre, Hermione est allée voir les phoques à Berck-sur-Mer. Elle en rêvait depuis tellement longtemps. Non loin de la base nautique, les phoques étaient là en effet. De loin, ils ressemblaient à de gros morceaux de bois flottant sur les vagues. Parfois, l'un d'eux s'animait et surgissait de l'eau en nous montrant le bout de son museau. Face à eux, Hermione pleurait des larmes de joie, à moitié gelées.

Dans les rues, ce jour-là, il n'y avait pas un chien, tout le monde festoyait. Sur la plage, il faisait un froid de canard, un vent à décorner les bœufs et moi, j'avais une faim de loup. Je ne voulais surtout pas confondre le 25 décembre et le vendredi saint, quand Hermione pétrifiée de bonheur se plaisait à jeûner. Heureusement, j'ai toujours sur moi des barres de céréales et je m'en suis contentée. Hermione, elle, n'a quasiment rien mangé. Son trop-plein d'émotions lui avait tout bonnement coupé l'appétit.

Si vous aussi, vous avez besoin d'être heureux comme jamais, rendez-vous dans la baie d'Authie. Là-bas, ce ne sont pas les excès du vent qui vous emporteront, mais le très simple émoi de merveilles jamais vues. Bonne contemplation dans le silence et la paix du cœur !

Entre nous, choisissez plutôt un jour de beau temps pour aller à Berck. N'imitez pas Hermione ! Vous n'êtes pas obligé de faire de cette jolie aventure une expédition polaire ! 

 

Enseignes alsaciennes : un musée à ciel ouvert

En Alsace, les commerçants aiment mettre en valeur leur travail. Certaines enseignes de boutiques sont de véritables œuvres d'art. Il suffit seulement d'apporter de la hauteur à son regard pour apercevoir ces très belles cartes de visite.

La beauté est dans l’œil de celui qui sait pénétrer le cœur des choses. Aujourd'hui, Hermione vous emmène en balade parmi les panonceaux les plus remarquables. Elle vous laisse le  soin de deviner à quels commerces ils font référence, ce qui est loin d'être évident. Elle a également glissé dans le diaporama un intrus. Mais vous le repérerez sans doute aisément ! Il n'est rien d'autre qu'un petit clin d’œil à une fidèle lectrice prénommée Marie-Noëlle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pharmacies, hôtels, restaurants, boulangeries…, rares sont les activités qui échappent à la ferronnerie d'art.

 

 

 

 

 

 

 

Cette enseigne-là est beaucoup plus actuelle. « Avec Carglace : les chagrins trépassent ! » m'a dit Hermione.

 

 

Admirez ce travail tout en finesse et délicatesse !


Il paraît que cette couronne fait pâlir d'envie la reine d'Angleterre. Oh my God !

 

 

 

Ce panonceau est une jolie invite  à mettre de la chaleur et de la douceur de vivre dans son intérieur.


C'est Noël, chaque jour.

 

 

 

 

Comme vous pouvez le constater, cela peut être bien de marcher le nez dans les nuages, car le ciel, aussi, est une terre de découvertes. La vie n'est rien d'autre qu'une succession de voyages pour celui qui regarde... Veillez quand même à toujours garder les pieds sur terre pour ne pas vous retrouver, malgré vous, les quatre fers en l'air ! Hermione tient à vous.

12 octobre 2017

 

10 septembre 2017 : avant que le souvenir ne s'efface,

voici quelques sourires d'Alsace

De son récent séjour dans cette jolie contrée, Hermione a rapporté quelques clichés, plus d'un millier. Elle exagère toujours, cette femme-là ! Bref, elle a tiré sur tout ce qui bouge et ne bouge pas : de la cigogne égarée dans le ciel à la grappe de raisin figée dans sa vigne. 

 

 

Là-bas, les murs ont souvent des oriels. (Kaysersberg)

 

 

 

 

Contrairement à ceux de Flandre, les clochers des églises ont fait vœu d'humilité. (Hunawihr)

 

Et les noms s'affichent parfois en lettres capitales. On pourrait se croire à Hollywood...

Dans cette belle région, il ne faut pas l'ignorer, les places de stationnement sont généralement payantes, hormis pour quelques privilégiés. (Un privilège, vous le savez, ça commence toujours quelque part ! ) Il vaut donc mieux choisir les extérieurs des villes pour se garer et préserver le porte-monnaie. Après tout, être touriste, c'est aussi être en marche.

 

À  Soultzmatt, la petite place du village a pris ses quartiers d'été.

À  force de toujours demander : « Elle est où l'eau ? Elle est où ? » Hermione a fini par en trouver. Et grâce à la Lauch qui coule à Colmar, elle a pu s'offrir une balade en barque, découvrir une Petite Venise bizarrement détournée.

 

Jeux d'eaux, de lumière et d'enfants.

 

Après la guerre des boutons de Yves Robert, voici, à présent, la révolution en culotte. Toujours à Colmar, Hermione a croisé une jeune Alsacienne qui avait visiblement un problème avec son pantalon. La demoiselle, sans doute tombée sous la coupe d'un vendeur indélicat, aurait dû se faire rembourser. Mais peut-être était-elle plus simplement une femme en marche, rebelle et mal culottée ! Espérons pour elle qu'elle n'était pas aussi mal lunée !

Petite conversation entre l'eau et le soleil. Ces deux-là se racontent toujours de jolies choses. Si les gens pouvaient s'en inspirer…

À  Zellenberg : un tonneau pour la vie !

 

 

 

 

 

Devant le sang de la vigne. Hermione s'interroge : « Combien faut-il de grappes pour remplir une bouteille ? » Vous le savez, vous ? 

Les vignes se font la courte échelle. Fatiguées d'être exploitées, peut-être cherchent-elles à se faire la belle ? Qui sait ! 

Les maisons affichent joyeusement des mines colorées et certaines sont très joliment décorées. En fait, l'Alsacien n'aime pas copier son voisin. C'est plutôt bien de ne pas engendrer la monotonie, d'apporter d'autres couleurs à la vie ! (Riquewihr)

 

 

Eguisheim : deux cigognes dans le ciel alsacien

 

 

 

 

 

et quelques fausses gentiment déplumées, beaucoup plus faciles à photographier.

Voegtlinshoffen, Obermorschwihr, Wintzenheim… Villes et villages ont souvent des noms imprononçables. Remarquez, quand on s'appelle Vanrenterghem ici, Vanrentergheim là-bas, on n'est jamais dépaysée et on est surtout mal placée pour parler.

Enigme : si vous trouvez où cette photo a été prise, Hermione mange son chapeau de paille, un très moche chapeau porté durant tout l'été.

 

 

Baccarat, cette ville située en Lorraine rayonne de vives lumières  : celles des reflets de la Meurthe et celles de son cristal étincelant de mille feux. La brillance ayant un prix, comptez quand même plus de trente mille euros pour cet éléphanteau. 

Enseignes : les commerçants de la région savent mettre en valeur leur travail. Certaines enseignes de boutiques sont de véritables œuvres d'art. Bientôt, Hermione vous présentera un autre voyage, un diaporama des plus beaux panonceaux remarqués.

En attendant, portez-vous bien.

 

 

Carnet de voyage au Luxembourg - le 19 août 2017 -

Hermione vient de passer un week-end au Luxembourg. Elle en a rapporté quelques photos qui sont autant de fenêtres ouvertes sur ce beau pays. Niché dans des paysages idylliques et vallonnés, le Grand-Duché nous invite à la balade et à la rêverie. Cette terre pittoresque et verdoyante compte de nombreuses promenades balisées dans d'agréables pinèdes, très appréciables durant l'été. Rivières et cascatelles apportent leurs notes de fraîcheur à un ensemble très bien préservé.

À Vianden, la maison de Victor Hugo est à découvrir. Le poète y séjourna en 1871. Transformée en musée, elle abrite entre autres une représentation grandeur nature de l'écrivain et quelques beaux dessins illustrant ses pensées.

Un audioguide remis à chacun rend la visite très attrayante.

 

 

En face de la maison, on peut apercevoir un buste d'Hugo exécuté par Rodin.

 

 

 

 

Non loin d'un pont sur l'Our protégé par une statue de saint Jean Népomucène, protecteur des ponts, quelques cygnes se sont arrêtés. Ils ne cessent de se pincer les plumes. Des cygnes qui nous font des signes, c'est beau !

 

 

Clervaux : petite vue d'ensemble sur le site de la ville : son château féodal et son église paroissiale.

 

 

 

Château de Beaufort : dans un vallon boisé s'élèvent les ruines romantiques de ce château fort dont Victor Hugo écrivait en 1871 : « Il apparaît à un tournant, dans une forêt, au fond d'un ravin ; c'est une vision. Il est splendide. » Hermione confirme : « Il est absolument magnifique.

Une indéniable paix s'en exhale. »

 

Müllerthal : c'est le nom donné à la vallée de l'Ernz Noire. Entre des versants boisés, où surgissent d'impressionnants rochers, coule une rivière coupée de cascades. Seul le bruit de l'eau transperce le silence !

 

Cette contrée est connue pour sa nature pittoresque. Hermione y a rencontré une biquette très sympa qui a bien voulu poser pour elle. Oui, je l'admets, cela ne fait pas très couleur locale, mais la chèvre est tellement belle ! 

Au fil de l'eau, histoire de se la couler douce !

 

Particularité : dans ce pays boisé, les arbres forment souvent des tunnels au-dessus des routes. Et dans un souci de protection, leurs troncs portent des lignes blanches. Les adeptes du respect de l'environnement ne peuvent qu'apprécier. On se tait et on admire. Les grands pays devraient en prendre de la graine !

 

 

Eh bien oui ! les cabines téléphoniques existent encore. Elles et leurs bons vieux bottins ornent toujours les coins des rues.

 

 

 

 

 

En matière de signalisation, certains panneaux ne mâchent pas leurs mots. Aux contrevenants, ils donneraient presque mauvaise conscience. C'est plutôt bien, non ? 

 

 

 

 

Bastogne, en Belgique : pour terminer son échappée belle, Hermione vous offre ce petit coin de paradis sous un coin de parapluies. Puisse-t-il vous garder longtemps à l'abri des pépins ! 

Ce rapide aperçu du Grand-Duché pèche sans doute par son insuffisance. Pourtant, vous pouvez croire Hermione, le Luxembourg, ça vaut le détour !
 

Remise de prix

Ce lundi 31 juillet 2017, Hermione a reçu, chez elle, Colette Caloone, la lauréate de son dernier concours. De part et d'autre d'une tasse de café, elle avait placé des boules de glace et un fondant au chocolat. Si tout s'était mis très vite à couler, c'était quand même bon ! Au moment du départ, elle a remis à l'heureuse gagnante des œuvres de Monet réunies dans un DVD.

Encore ! lui ai-je reproché.

Aussi m'a-t-elle promis de changer totalement de registre pour l'achat de son prochain cadeau. Ouf !

Pour sa part, madame Caloone semblait ravie, de son prix et de son après-midi. Comment vous parler d'elle ? Retraitée, elle vit à Vieux-Berquin, aux Vieux-Monts comme dit Hermione. Elle est surtout l'heureuse maman de quatre enfants et la très occupée grand-mère de onze petits-enfants. Seul hic ! Celle-ci ne souhaitant pas être prise en photo, Hermione a dû improviser. Aussi, s'est-elle mis en tête de garder, en souvenir de cette belle rencontre, les jambes de la lauréate et Crapette, le chat d'une voisine soucieux de passer à la postérité. Il n'était presque pas cabot, celui-là ! 

Silence, on tourne !

En février dernier, Hermione a découvert Silence, on tourne, une comédie de Patrick Haudecoeur et Gérald Sibleyras, présentée au théâtre Fontaine à Paris.

Ce spectacle déjanté nous plonge dans les coulisses d'un tournage de film. C'est drôlement mouvementé, éminemment désopilant, génialement décalé et ça offre surtout de merveilleux instants de détente aux zygomatiques. Hermione aime beaucoup les lumineux éclats, a fortiori lorsqu'ils sont en rires. Merci pour ce moment. 
 

Remise de prix
Fin novembre 2016, en présence du très sérieux notaire baliolois maître Anthime, a eu lieu la remise du prix « Hermione ». Chose incroyable, l'heureuse gagnante madame Marie-Noëlle Lebleu avait déjà le recueil de poésie Renoir, les mots pour le voir. L'officier ministériel lui a donc remis en lieu et place un ouvrage intitulé  Cent merveilles
En préparant un café gourmand, Hermione avait fait très fort, mis les petits plats dans les grands. Au menu : tarte aux pommes, cookies et fondant au chocolat. Rien que du fait maison ! J'en suis encore baba. Finalement, elle n'est pas si nulle que ça, en cuisine. Vivement le prochain concours pour une autre délicieuse rencontre.
Portrait de la lauréate : Madame Marie-Noëlle Lebleu demeure à Strazeele. Elle aime beaucoup les jeux qui nécessitent de la recherche, font appel à la mémoire. Retraitée de la banque balioloise  Mont Dernier Sou Vaillant, elle cultive aujourd'hui l'art d'être grand-mère avec Isaïe. 
De tout cœur, sincères félicitations.

Des livres, un auteur, une belle âme surtout...
Ami d'Hermione depuis longtemps déjà, André Martel a écrit une douzaine de romans publiés en auto-édition chez Le Vert-Galant. Cet auteur au cœur simple et persévérant, à la personnalité libre et généreuse est sans conteste un amoureux des mots, des mots à son image qui vous absorbent telle une force tranquille. Les ans ont passé, les livres ont poussé et l'amitié est restée la même, loyale et sereine. Merci et chapeau bas ! monsieur Martel. 
Quant à votre roman Un homme qui rêvait d'un autrement et d'un ailleurs, Hermione l'a dévoré, bu d'un trait. Quelle soûlote ! soûlote de beaux récits seulement et fort heureusement. 
Pour contacter André, en savoir plus sur ses livres, c'est simple comme un mail : martel.andre83@gmail.com  

Veules-les-Roses

Le monde est petit et le hasard bizarre Hermione tient à remercier, tout particulièrement, l’auteur normand Patrick Morel de l’avoir gentiment accueillie à sa table, lors du salon du livre de Veules-les-Roses, ce 24 juillet 2016.

Ils ne se connaissaient pas et pourtant ils ont beaucoup ri et partagé ensemble. Ils en oubliaient presque de vendre leurs livres. Selon elle, les êtres se confient davantage à des inconnus plutôt qu’à des proches. C’est sans doute la raison pour laquelle, un étranger devient un jour votre ami.

 

Une journée à la Villa

Dimanche 12 juin 2016 à la Villa Marguerite Yourcenar. Ce jour-là, il y avait Eric-Emmanuel Schmitt, ses livres, et son généreux sourire, l'excellent photographe Louis Monier, le Centre régional des arts du cirque de Lomme avec ses dansantes voltiges et autres numéros...

Et puis il y avait aussi Hermione qui aime bien divertir les cœurs des gens. Elle a jonglé quelque peu avec les pages de ses mots et a beaucoup ri en lisant les aventures saugrenues et touchantes de ses Cachotteries.

Ce fut vraiment un très beau dimanche, un dimanche riche en jolies rencontres et tendres émotions.

 

Un amour de chien

Sais pas, le chien d'une vie, un chien loyal et un fidèle lecteur.

Partager cette page

Repost0