Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Cachotteries

Cachotteries

"Cachotteries" est le premier roman d'Anne Gerbedoen, une fiction qu'elle a souhaitée drôle et tendre, éloignée des noirs clichés qui souvent caractérisent la littérature policière.

Souvenirs et rencontres

10 septembre 2017 : avant que le souvenir ne s'efface, voici quelques sourires d'Alsace

De son récent séjour dans cette jolie contrée, Hermione a ramené quelques clichés, plus d'un millier. Elle exagère toujours, cette femme-là ! Bref, elle a tiré sur tout ce qui bouge et ne bouge pas : de la cigogne égarée dans le ciel à la grappe de raisin figée dans sa vigne. 

 

 

Là-bas, les murs ont souvent des oriels. (Kaysersberg)

 

 

 

 

Contrairement à ceux de Flandre, les clochers des églises ont fait vœu d'humilité. (Hunawihr)

 

Et les noms s'affichent parfois en lettres capitales. On pourrait se croire à Hollywood...

Dans cette belle région, il ne faut pas l'ignorer, les places de stationnement sont généralement payantes, hormis pour quelques privilégiés. (Un privilège, vous le savez, ça commence toujours quelque part ! ) Il vaut donc mieux choisir les extérieurs des villes pour se garer et préserver le porte-monnaie. Après tout, être touriste, c'est aussi être en marche.

 

A Soultzmatt, la petite place du village a pris ses quartiers d'été.

A force de toujours demander : « Elle est où l'eau ? Elle est où ? » Hermione a fini par en trouver. Et grâce à la Lauch qui coule à Colmar, elle a pu s'offrir une balade en barque, découvrir une Petite Venise bizarrement détournée.

 

Jeux d'eaux, de lumière et d'enfants.

 

Après la guerre des boutons de Yves Robert, voici, à présent, la révolution en culotte. Toujours à Colmar, Hermione a croisé une jeune Alsacienne qui avait visiblement un problème avec son pantalon. La demoiselle, sans doute tombée sous la coupe d'un vendeur indélicat, aurait dû se faire rembourser. Mais peut-être était-elle plus simplement une femme en marche, rebelle et mal culottée ! Espérons pour elle qu'elle n'était pas aussi mal lunée !

Petite conversation entre l'eau et le soleil. Ces deux-là se racontent toujours de jolies choses. Si les gens pouvaient s'en inspirer…

A Zellenberg : un tonneau pour la vie !

 

 

 

 

 

Devant le sang de la vigne. Hermione s'interroge : « Combien faut-il de grappes pour remplir une bouteille ? » Vous le savez, vous ? 

Les vignes se font la courte échelle. Fatiguées d'être exploitées, peut-être cherchent-elles à se faire la belle ? Qui sait ! 

Les maisons affichent joyeusement des mines colorées et certaines sont très joliment décorées. En fait, l'Alsacien n'aime pas copier son voisin. C'est plutôt bien de ne pas engendrer la monotonie, d'apporter d'autres couleurs à la vie ! (Riquewihr)

 

 

Eguisheim : deux cigognes dans le ciel alsacien

 

 

 

 

 

et quelques fausses gentiment déplumées, beaucoup plus faciles à photographier.

Voegtlinshoffen, Obermorschwihr, Wintzenheim… Villes et villages ont souvent des noms imprononçables. Remarquez, quand on s'appelle Vanrenterghem ici, Vanrentergheim là-bas, on n'est jamais dépaysée et on est surtout mal placée pour parler.

Enigme : si vous trouvez où cette photo a été prise, Hermione mange son chapeau de paille, un très moche chapeau porté durant tout l'été.

 

 

Baccarat, cette ville située en Lorraine rayonne de vives lumières  : celles des reflets de la Meurthe et celles de son cristal étincelant de mille feux. La brillance ayant un prix, comptez quand même plus de trente mille euros pour cet éléphanteau. 

Enseignes : les commerçants de la région savent mettre en valeur leur travail. Certaines enseignes de boutiques sont de véritables œuvres d'art. Bientôt, Hermione vous présentera un autre voyage, un diaporama des plus beaux panonceaux remarqués.

En attendant, portez-vous bien.

 

 

Carnet de voyage au Luxembourg - le 19 août 2017 -

Hermione vient de passer un week-end au Luxembourg. Elle en a ramené quelques photos qui sont autant de fenêtres ouvertes sur ce beau pays. Niché dans des paysages idylliques et vallonnés, le Grand-Duché nous invite à la balade et à la rêverie. Cette terre pittoresque et verdoyante compte de nombreuses promenades balisées dans d'agréables pinèdes, très appréciables durant l'été. Rivières et cascatelles apportent leurs notes de fraîcheur à un ensemble très bien préservé.

A Vianden, la maison de Victor Hugo est à découvrir. Le poète y séjourna en 1871. Transformée en musée, elle abrite entre autres une représentation grandeur nature de l'écrivain et quelques beaux dessins illustrant ses pensées.

Un audioguide remis à chacun rend la visite très attrayante.

 

 

En face de la maison, on peut apercevoir un buste d'Hugo exécuté par Rodin.

 

 

 

 

Non loin d'un pont sur l'Our protégé par une statue de saint Jean Népomucène, protecteur des ponts, quelques cygnes se sont arrêtés. Ils ne cessent de se pincer les plumes. Des cygnes qui nous font des signes, c'est beau !

 

 

Clervaux : petite vue d'ensemble sur le site de la ville : son château féodal et son église paroissiale.

 

 

 

Château de Beaufort : dans un vallon boisé s'élèvent les ruines romantiques de ce château fort dont Victor Hugo écrivait en 1871 : « Il apparaît à un tournant, dans une forêt, au fond d'un ravin ; c'est une vision. Il est splendide. » Hermione confirme : « Il est absolument magnifique.

Une indéniable paix s'en exhale. »

 

Müllerthal : c'est le nom donné à la vallée de l'Ernz Noire. Entre des versants boisés, où surgissent d'impressionnants rochers, coule une rivière coupée de cascades. Seul le bruit de l'eau transperce le silence !

 

Cette contrée est connue pour sa nature pittoresque. Hermione y a rencontré une biquette très sympa qui a bien voulu poser pour elle. Oui, je l'admets, cela ne fait pas très couleur locale, mais la chèvre est tellement belle ! 

Au fil de l'eau, histoire de se la couler douce !

 

Particularité : dans ce pays boisé, les arbres forment souvent des tunnels au-dessus des routes. Et dans un souci de protection, leurs troncs portent des lignes blanches. Les adeptes du respect de l'environnement ne peuvent qu'apprécier. On se tait et on admire. Les grands pays devraient en prendre de la graine !

 

 

Eh bien oui ! les cabines téléphoniques existent encore. Elles et leurs bons vieux bottins ornent toujours les coins des rues.

 

 

 

 

 

En matière de signalisation, certains panneaux ne mâchent pas leurs mots. Aux contrevenants, ils donneraient presque mauvaise conscience. C'est plutôt bien, non ? 

 

 

 

 

Bastogne, en Belgique : pour terminer son échappée belle, Hermione vous offre ce petit coin de paradis sous un coin de parapluies. Puisse-t-il vous garder longtemps à l'abri des pépins ! 

Ce rapide aperçu du Grand-Duché pèche sans doute par son insuffisance. Pourtant, vous pouvez croire Hermione, le Luxembourg, ça vaut le détour !
 

Remise de prix

Ce lundi 31 juillet 2017, Hermione a reçu, chez elle, Colette Caloone, la lauréate de son dernier concours. De part et d'autre d'une tasse de café, elle avait placé des boules de glace et un fondant au chocolat. Si tout s'était mis très vite à couler, c'était quand même bon ! Au moment du départ, elle a remis à l'heureuse gagnante des œuvres de Monet réunies dans un DVD.

Encore ! lui ai-je reproché.

Aussi m'a-t-elle promis de changer totalement de registre pour l'achat de son prochain cadeau. Ouf !

Pour sa part, madame Caloone semblait ravie, de son prix et de son après-midi. Comment vous parler d'elle ? Retraitée, elle vit à Vieux-Berquin, aux Vieux-Monts comme dit Hermione. Elle est surtout l'heureuse maman de quatre enfants et la très occupée grand-mère de onze petits-enfants. Seul hic ! Celle-ci ne souhaitant pas être prise en photo, Hermione a dû improviser. Aussi, s'est-elle mis en tête de garder, en souvenir de cette belle rencontre, les jambes de la lauréate et Crapette, le chat d'une voisine soucieux de passer à la postérité. Il n'était presque pas cabot, celui-là ! 

Silence, on tourne !

En février dernier, Hermione a découvert « Silence, on tourne ! » une comédie de Patrick Haudecoeur et Gérald Sibleyras, présentée au théâtre Fontaine à Paris.

Ce spectacle déjanté nous plonge dans les coulisses d'un tournage de film. C'est drôlement mouvementé, éminemment désopilant, génialement décalé et ça offre surtout de merveilleux instants de détente aux zygomatiques. Hermione aime beaucoup les lumineux éclats, a fortiori lorsqu'ils sont en rires. Merci pour ce moment. 
 

Remise de prix

Ce vendredi 24 février 2017, Hermione a reçu chez elle le gagnant de son dernier concours : monsieur Philippe Deplus de Bruay-la-Buissière.

Cet ancien employé au garage Mont Belle Auto de Ruitz était venu accompagné de sa femme, Joëlle. Depuis sa cessation d'activité, celui-ci se pique souvent au jeu de réaliser son pain quotidien. Aussi, a-t-il été sensible au poème qu'Hermione consacre à la boulange dans ses Cachotteries. Il lui a d'ailleurs gentiment confié sa recette pour qu'elle mette, elle aussi, la main à la pâte. Je ne suis pas sauvée !

Comme les deux époux avaient fait une assez longue route pour rencontrer mon héroïne, celle-ci les convia à dîner. Au menu de son repas figuraient sa fameuse tarte d'enfer, celle qui vous emmène seulement au purgatoire, son énigmatique omelette fourre-tout et toute une ribambelle de desserts. Je crois qu'on dit plutôt farandole, mais moi je préfère ribambelle. En tout cas, ce fut vraiment une excellente soirée qui se termina sur des histoires de coinches et de sans atout. Les jeux de détente avec de vrais gens, elle aime ça, Hermione !

Photo : monsieur Deplus présente son prix, en l'occurrence une entrée à vie au musée parisien de l'Orangerie. Plus justement, il s'agit d'un livre et d'un DVD qui permettent de découvrir quelques œuvres impressionnistes tranquillement chez soi. Et comme chacun sait, ce qui est un régal pour les yeux est souvent bon pour le cœur !

Une rencontre, c'est mieux que des émoticones 


Hermione apprécie beaucoup les êtres qui s'intéressent aux choses de la vie, portent en eux le constant souci d'apprendre et de faire mieux.

Dernièrement, elle a eu l'occasion de rencontrer Marie-Flore Edouard, une amie facebookienne qu'elle ne connaissait que par le biais de frimousses. Elle a ainsi pu découvrir une femme ayant plusieurs cordes à son arc. En effet, après une carrière d'esthéticienne, cette Méterennoise s'adonne aujourd'hui à l'art du pastel avec craies et crayons, confectionne des bijoux, affectionne le travail de la dentelle (la fameuse dentelle balioloise ! ) Elle et son mari Michel, peintre aquarelliste lui aussi, ont très bien compris qu'un talent pour grandir, ça ne demande jamais que de l'engrais, de nombreuses attentions et marques d'affection. 

Un contact, c'est simple comme un mail : marieflorecrea.styl5@free.fr 
 

Remise de prix
Fin novembre 2016, en présence du très sérieux notaire baliolois maître Anthime, a eu lieu la remise du prix « Hermione ». Chose incroyable, l'heureuse gagnante madame Marie-Noëlle Lebleu avait déjà le recueil de poésie «Renoir, les mots pour le voir ». L'officier ministériel lui a donc remis en lieu et place un ouvrage intitulé « Cent merveilles ». 
En préparant un café gourmand, Hermione avait fait très fort, mis les petits plats dans les grands. Au menu : tarte aux pommes, cookies et fondant au chocolat. Rien que du fait maison ! J'en suis encore baba. Finalement, elle n'est pas si nulle que ça, en cuisine. Vivement le prochain concours pour une autre délicieuse rencontre.
Portrait de la lauréate : Madame Marie-Noëlle Lebleu demeure à Strazeele. Elle aime beaucoup les jeux qui nécessitent de la recherche, font appel à la mémoire. Retraitée de la banque balioloise  Mont Dernier Sou Vaillant, elle cultive aujourd'hui l'art d'être grand-mère avec Isaïe. 
De tout cœur, sincères félicitations.

Des livres, un auteur, une belle âme surtout...
Ami d'Hermione depuis longtemps déjà, André Martel a écrit une douzaine de romans publiés en auto-édition chez Le Vert-Galant. Cet auteur au cœur simple et persévérant, à la personnalité libre et généreuse est sans conteste un amoureux des mots, des mots à son image qui vous absorbent telle une force tranquille. Les ans ont passé, les livres ont poussé et l'amitié est restée la même, loyale et sereine. Merci et chapeau bas ! monsieur Martel. 
Quant à votre roman « Un homme qui rêvait d'un autrement et d'un ailleurs », Hermione l'a dévoré, bu d'un trait. Quelle soûlote ! soûlote de beaux récits seulement et fort heureusement. 
Pour contacter André, en savoir plus sur ses livres, c'est simple comme un mail : martel.andre83@gmail.com  

Veules-les-Roses

Le monde est petit et le hasard bizarre Hermione tient à remercier, tout particulièrement, l’auteur normand Patrick Morel de l’avoir gentiment accueillie à sa table, lors du salon du livre de Veules-les-Roses, ce 24 juillet 2016.

Ils ne se connaissaient pas et pourtant ils ont beaucoup ri et partagé ensemble. Ils en oubliaient presque de vendre leurs livres. Selon elle, les êtres se confient davantage à des inconnus plutôt qu’à des proches. C’est sans doute la raison pour laquelle, un étranger devient un jour votre ami.

Par le plus curieux des hasards, l’écrivain avait quelques accointances avec la Flandre, avec Baliol plus précisément. Il y avait un copain prénommé Georges. Or, ce fameux Georges, chirurgien de profession, s’était penché, au siècle dernier, sur l'état de santé d’Hermione. Et contrairement à ce que vous imaginez peut-être, son cas ne resta pas longtemps une énigme. Preuve en est, si elle peut vous parler aujourd’hui, elle le doit certainement à ce bon docteur ! Quant à Patrick Morel, il poussa encore plus loin la gentillesse en achetant quelques Cachotteries pour son ami baliolois. Il comptait bien les lui offrir. Ainsi, après un petit crochet en pays de Caux, Hermione devrait retrouver sa ville grâce à la complicité et à la facétie d’un écrivain normand.

Voulez-vous découvrir une île, vous offrir un voyage ? Visitez http://liledepatrickmorel.free.fr

Une journée à la Villa

Dimanche 12 juin 2016 à la Villa Marguerite Yourcenar. Ce jour-là, il y avait Eric-Emmanuel Schmitt, ses livres, et son généreux sourire, l'excellent photographe Louis Monier, le Centre régional des arts du cirque de Lomme avec ses dansantes voltiges et autres numéros...

Et puis il y avait aussi Hermione qui aime bien divertir les cœurs des gens. Elle a donc jonglé quelque peu avec les pages de ses mots. En se présentant devant l'assistance, elle a révélé son visage et surtout celui de Télesphore Herménégilde, son précieux complice dans Cachotteries. Ensemble, ils ont beaucoup ri en lisant leurs aventures saugrenues et touchantes.

Ce fut vraiment un très beau dimanche, un dimanche riche en jolies rencontres et tendres émotions.

 

Un amour de chien

Sais pas, le chien d'une vie, un chien loyal et un fidèle lecteur.

Partager cette page

Repost 0